SPACE MOUNTAIN STORYLINE ORIGINALE

À Discoveryland, les visiteurs embarquent pour de fantastiques voyages dans un futur sculpté par les visionnaires à travers les âges. Dans ce monde d’androïdes, de fusées spatiales et autres merveilles galactiques, l’imagination voyage à la vitesse de la  lumière. Et maintenant, les grands esprits de l’invention visent la lune au travers de l’attraction la plus audacieuse de Disneyland Paris®, « Space Mountain » De la Terre à la Lune. Ici, les visiteurs expérimentent une aventure palpitante, à vitesse grand V, recréant le hardi voyage vers la lune de Jules Verne dans son roman, « De la Terre à la Lune ».

I. EMPLACEMENT
Space Mountain est au cœur de Discoveryland, entouré par Autopia, Orbitron, Videopolis, Chérie J’ai Rétréci le Public et Star Tours.

II. L’EXTERIEUR
De brillants faisceaux de lumière transpercent le ciel, invitant les visiteurs vers un lagon, où le légendaire Nautilus du Capitaine Nemo est amarré. Derrière apparaît la source de mystérieuses lumières : une gigantesque, époustouflante montagne de métal culminant à 36 mètres dans les airs. Space Mountain : De la Terre à la Lune est un hommage du 21ème siècle aux technologies du 19ème siècle. Son design est à la fois architectural et technique, reflétant la fascination de la science et des merveilleuses machines mécaniques de l’ère Victorienne. Un squelette de métal, des fermes et plaques boulonnées et rivetées sur le corps d’aspect « laiton » de la montagne, renfermant des étoiles, lunes et autres images célestes. À son sommet sont situés des collecteurs d’énergie et des tours de communication communiquant avec l’espace infini. Une explosion de vapeur et d’étincelles attire rapidement l’attention sur étonnante, la plus extraordinaire des fonctionnalités de cette immense structure : l’impressionnant canon de 20m de long, Columbiad, reposant sur le flanc de la montagne. À la base du canon, Luna, la déesse de la Lune, vise de son arc et sa flèche le symbole de l’éternel rêve de voyage spatial. L’entrée de Space Mountain repose sur un pont, ce dernier faisant office de rue principale à travers Discoveryland. Les visiteurs passant sous la spectaculaire arche de métal peuvent soit entrer la file d’attente pour faire l’attraction, soit passer à travers les entrailles de la montagne pour se diriger vers les autres attractions. Tous, cependant, sont accueillis par la marquise principale : de son resplendissant design, rayonnant tel le soleil, elle évoque l’excitation des grandes expositions universelles de l’ère victorienne. Juste derrière cette arche, une affiche gigantesque ayant les caractéristiques visuelles des œuvres de Jules Verne appelle les visiteurs à découvrir « les Merveilles de l’époque Lunaire » et à voyager « De La Terre À La Lune » grâce à des « Excursions Lunaires ».

III. LA FILE D’ATTENTE
À l’intérieur de la montagne, les visiteurs traversent « La Voie Stellaire » (Star Way), une allée couverte unique serpentant à travers un cosmos de lumière noire à la fois sinistre, lugubre, mais empreint d’une merveilleuse poésie. Ils se sentent comme si ils se déplaçaient au travers un champ d’astéroïdes flottant. Lorsque une pluie de météores commence à faire rage, ils aperçoivent des météorites traversant l’espace et même parfois venant percuter le toit de la Voie Stellaire. Et de temps à autre, le rugissement de Columbiad se fait entendre avant d’apercevoir un train-fusée traverser le cosmos. Alors que les visiteurs continuent de marcher le long de la Voie Stellaire, ils peuvent voir quelques aperçus de l’exaltante aventure les attendant. Leur anticipation et excitation ne cesse de croître, regardant passer les trains-fusées à vitesse fulgurante au travers de rencontres spatiales à couper le souffle. Les visiteurs sortent de ce cosmos inhabituel et entrent dans une grande salle, dont les murs sont recouverts de luxueuses boiseries et éclairée par des chandeliers célestes rappelant Orbitron. Ils entrent ensuite une splendide reproduction d’un hall d’exposition Victorien où des drapeaux et pavoisements donnent un air festif. Ici, le Baltimore Gun Club invite les visiteurs à prendre part à une recréation de leur historique tir vers la Lune. Enfin, c’est dans l’armurerie du Baltimore Gun Club que pénètrent les visiteurs. Dans cette zone top secrète, quelques courageux peuvent embarquer à bord d’un train-fusée. Ils se cramponnent à leur harnais de sécurité, tandis que leur navette se dirige vers le fût de Columbiad, direction : la Lune !

IV. L’ATTRACTION
Toutes les 36 secondes, d’un assourdissant « ka-boom ! », le canon Columbiad fait feu, propulsant d’un rugissement effroyable le train-fusée à travers son fût de cinq mètres de diamètre. Les spationautes intrépides seront envoyés au sommet de la montagne en un temps record de 2,2 secondes ! Au sommet, ils expérimenteront un court instant d’apesanteur, avant de descendre au cœur de la montagne pour une aventure à vitesse fulgurante dont ils garderont le souvenir toute leur vie. Traversant divers obstacles et rencontrant une multitude d’objets et curiosités du cosmos, le véhicule percute un impressionnant météore, expédiant des étincelles dans l’espace, et pénètre dans le cœur d’un astéroïde en fusion. Sur le chemin du train repose une merveilleuse machine. Ce curieux appareil de laiton est en réalité une machine minière pour météorites, appartenant par ailleurs à la « Blue Moon Mining Company ». Malheureusement, le train-fusée est pris pour un météore et avec beaucoup d’efforts du monstre minier, est aspiré dans la machine. La navette s’échappe de justesse, bien heureusement, et continue son spectaculaire voyage à travers une myriade de corps célestes, dans la pénombre de l’espace.

V. LE TRAIN-FUSÉE
Le train de l’attraction possède l’un des designs les plus dramatiquement poussé jamais réalisé pour une attraction de type montagnes-russes. Son extérieur rutilant adopte un style « laiton et cuivre » riveté, sorti tout droit d’un roman de Jules Verne et d’un rétro-futur Victorien. Le long des véhicules apparaissent d’imposantes tuyauteries, semblant être un puissant système d’échappement et de propulsion pour diriger les visiteurs à travers l’espace. Un flamboyant logo « DM », apposé sur un dessin de système solaire, est placé sur chaque véhicule, et les sièges dans un style « boutons et cuir rembourré » donnent un véritable cachet et un look Victorien très distinct.

VI. UNE PREMIÈRE MONDIALE SIGNÉE DISNEY
C’est la première fois que l’audio embarqué est utilisé pour une montagnerusse à sensations fortes chez Disney. Une bande sonore originale est spécialement créée pour Space Mountain, et fut écrite par le composeur Steve Bramson. C’est la première fois que la Walt Disney Company propose une attraction à sensations fortes dans le noir incluant trois inversions sur le circuit. C’est la première fois qu’un système de propulsion de type catapulte est utilisé sur une attraction pour propulser sur une trajectoire inclinée, toutes les autres attractions propulsant sur une trajectoire horizontale.

INSPIRATION
« De la Terre à la Lune » fut écrit par Jules Verne en 1865, année où la guerre civile américaine s’acheva. Touché par les destructions massives décrites dans les ouvrages et la presse, Verne commença à réfléchir aux possibilités d’utiliser des armes, canons et autres technologies destructrices pour tout autre chose. Quelque chose de plus paisible, et moins dévastateur : un voyage vers la lune. Dans l’Amérique de l’après-guerre, le Baltimore Gun Club, un groupe d’irascibles enthousiastes d’artillerie et de militaires (beaucoup ont de graves blessures ou des membres amputés), se rassemblent pour parler de leurs expériences du temps où ils étaient dans l’armée. Leur président, Impey Barbicane, suggère de tenter une expérience. Utiliser la technologie des poudres à canon pour un usage nouveau : propulser un projectile vers la lune ! L’idée est reçue avec beaucoup d’enthousiasme, et le projet va rapidement prendre forme. Lorsque l’ensemble des plans sont quasi-achevés, le Gun Club reçois un télégramme de Paris. Un aventurier du nom de Michel Ardan se propose pour embarquer à bord du projectile jusqu’à la lune. Il est vite rejoint dans son aventure par le Président Barbicane et son rival numéro un dans l’expertise des armes, le Capitaine Nicholl (qui se propose pour prendre part à l’aventure dans le seul but de les voir échouer!). La capsule-projectile est équipée de parois rembourrées et de diverses touches de confort, et la date de lancement est fixée. Le roman s’achève avec la mise à feu du canon. Aurions-nous jamais des nouvelles de nos aventuriers de l’espace ? Cette question a sa réponse dans le second roman faisant office de suite : « Autour de la Lune ». En se servant de  fusées auxiliaires, notre trio sort de l’orbite lunaire et retombe sur Terre, faisant un plongeon dans l’Océan Pacifique. D’une façon très remarquable, Jules Verne a, dans ces deux romans, visionné les contraintes du voyage dans l’espace alors que le premier programme spatial allait avoir lieu plus d’un siècle plus tard :

  • Le trio fut lancé depuis la Floride, presque sur la même latitude que Cape Kennedy.
  • La forme de la capsule était comme celles utilisées sur les premiers programmes spatiaux.
  • Le roman parle d’apesanteur dans l’espace.
  • L’utilisation de fusées pour changer leur trajectoire fut employée.
  • Une plongée dans l’océan a permis aux spationautes d’atterrir en sécurité sur Terre.
    Ces similitudes sont un hommage à l’intelligence et l’imagination de l’un des plus grands visionnaires français de l’Histoire.

Traduite en français par Thomas G.

In Discoveryland guests embark on fantastic journeys into a future shaped by visionaries through the ages. In this world of androids, rocket ships and galactic marvels, the imagination travels at the speed of light. Now that grand spirit of invention aims for the moon in the boldest attraction in Disneyland ® Paris — Space Mountain – From the Earth to the Moon. Here, guests experience a thrilling, high speed adventure that re-creates the daring moon shot in Jules Verne’s From the Earth to the Moon.

I. LOCATION

Space Mountain lies in the heart of Discoveryland, surrounded by Autopia, Orbitron, Videopolis, Honey I Shrunk the Audience and Star Tours.

II. THE EXTERIOR

Brilliant beams of light pierce the sky, drawing guests toward a lagoon, where Captain Nemo’s legendary Nautilus lies moored. Looming beyond is the source of the mysterious light beams — a breathtaking metal mountain that rises 36 meters in the air.
Space Mountain – De la Terre à la Lune is a 21st century celebration of 19th century technology. Its design is part architecture, part machine, reflecting the Victorian era’s fascination with science and wonderful mechanical devices. Metal ribs, trusses and plates bolted and riveted onto the mountain’s brass-like interior features stars, moons and celestial images. At its crest are power collectors and communication towers that reach up towards outer space.
An explosion of steam and sparks quickly draws attention to the most extraordinary feature of this incredible structure — the 20 meter long cannon, Columbiad, jutting up the side. At the cannon’s base, Luna, the goddess of the Moon, aims her bow-and-arrow toward the heavens — a symbol of the eternal dream of space travel.
The entrance to Space Mountain lies across a bridge that is a main thoroughfare through Discoveryland. Guests passing under the mountain’s spectacular bent-metal arch may either enter the queue-line to the ride, or pass through the mountain to the other attractions. All, however, are welcomed by the main marquee — a resplendent sunburst design that evokes the excitement of the great theatrical expositions of the Victorian age. Just beyond the arch, a giant poster bearing the likeness of Jules Verne invites guests to “Discover Marvels of the Moon Age!” and “Travel from the Earth to the Moon!” on “Lunar Excursions”.

III. THE QUEUE

Inside the mountain, guests queue along “la Voie Stellaire” (the Star Way), a unique covered walkway that leads through an eerie, yet enchanting, blacklight cosmos. They feel as if they are in a field of floating asteroids. When a meteor shower begins to rage, they see meteorites shooting by and hear their pounding on the roof of the walkway. Every so often they hear the blast of the Columbiad and see a rocket train hurtling through space.
As guests continue queuing along the walkway they catch glimpses of the exhilarating journey awaiting them. Their anticipation builds as they watch rocket trains careen through a series of breathtaking encounters.
Guests queue out of this most uncommon cosmos and into a grand room paneled in rich wood and lit by celestial chandeliers reminiscent of the Orbitron.
They next enter a splendid reproduction of a Victorian exposition hall where flags and bunting add a festive air. Here, the Baltimore Gun Club invites guests to take part in a re-creation of their historic shot to the Moon.
Finally guests queue onto the Baltimore Gun Club’s armory. In this “top secret” area, fearless flyers board their rocket trains. They hold on tight as their vehicles head into the barrel of the Columbiad, bound for the moon!

IV. THE RIDE EXPERIENCE

Every 36 seconds, with a loud “ka-boom!”, the Columbiad fires, launching a rocket train through its five-meter wide barrel. Intrepid space travelers will shoot to the top of the mountain in a heart-stopping 2.2 seconds! At the top, they will experience a brief moment of near-zero gravity, before descending into the mountain for the highspeed thrill ride of a lifetime.
Careening through a series of breathtaking encounters, the vehicle hits a large meteorite, sending sparks flying through space, and then heads into the heart of a molten asteroid.
In the path of the train lies a most marvelous machine. This whimsical brass contraption appears to be a meteor mining machine belonging to the “Blue Moon Mining Company”. Unfortunately, the rocket train is mistaken for a meteor and with much huffing and puffing of the behemoth bellows, it is sucked into the machine. The rocket train makes a narrow escape, and continues to zoom over under and around a myriad of heavenly bodies on its spectacular journey!

V. THE ROCKET TRAIN

The ride vehicle is one of the most dramatic ever designed for a roller-coaster-type attraction. Its gleaming exterior adopts the riveted brass-and-copper look of a Vernesian future. Along the side pipes seem to be a highpower exhaust system to maneuver guests through space. A “DM” set against a solar system provides a logo for each vehicle, and the “button and tuck” seats add a distinctly Victorian look.

VI. DISNEY FIRSTS

First time on-board audio has been used on a Disney high-speed coaster attraction. An original music score for Space Mountain was written by composer Steve Bramson.
First time the Walt Disney Company has created a thrill-ride-in-the-dark that includes three inversion elements.
First catapult-type launch system designed to launch at a raised trajectory. All others launch horizontally.
Inspiration
From the Earth to the Moon was written by Jules Verne in 1865, the year that America’s Civil War ended. Touched by the massive destruction he had read about, Verne began to muse over the possibilities of using the destructive technology of cannons and explosives in a more peaceful and unifying endeavor — a trip to the moon.
In post-bellum America, the Baltimore Gun Club, a group of irascible artillery enthusiasts and military men (many with injuries and missing limbs), gather to recall their military days. Their president, Impey Barbicane, suggests they try an altogether new use of the technology of gunpowder — shooting a projectile to the moon! The idea is greeted with enthusiasm, and the project gets rapidly under way.
When all the plans are nearly complete, the Gun Club receives a telegram from Paris. An adventurer named Michel Ardan offers to ride in the shell all the way to the Moon. He is soon joined in the adventure by President Barbicane and his arch rival in gunnery expertise Captain Nicholl (who volunteers to accompany them just to witness the fact that it won’t work!). The shell is equipped with tufted walls and other touches of comfort, and the day is set.
The book ends with the firing of the gun. Would the space travelers be heard from again? That question would be answered in the book’s sequel — “Around the Moon”. Firing auxiliary rockets, the trio breaks out of orbit around the Moon and falls back to Earth, splashing down in the Pacific Ocean.
In a quite remarkable way, these two novels envisioned the realities of the space program that would come 100 years later :
• The trio was launched from Florida, on almost the same latitude as Cape Kennedy.

• The shape of the capsule was much like those used in early space programs.

• The novel talks about weightlessness in space.

• The use of rockets to alter orbits was employed.

• A splash-down at sea brought the space travelers safely home.
These similarities are an enduring tribute to the intellect and imagination of one of France’s greatest visionaries.

Copyright © 2020 Spacemountain.fr. All Rights Reserved. Le site n’est en aucune manière sponsorisé par et/ou affilié à The Walt Disney Company, à la société Euro Disney Associés S.C.A., ou à l’une quelconque de leurs sociétés affiliées ou apparentées.